Par cette collection  » entrecoupé « , je revisite le bestiaire commun, le plus souvent en monumentale, je laisse apparaitre l’inox pour alléger l’œuvre, et j’épure les formes avec des lignes simples et douces de façon presque naïve.

 

Je réinvente dans cette collection le bestiaire commun. Je laisse apparaître l’inox des assemblages pour alléger l’œuvre, j’épure les formes avec des lignes simples et douce de façon presque naïf. Ainsi, la subtilité dans les volumes nous permettent de percevoir nos contemporains non humains…

L’homme aime montrer sa supériorité sur les éléments, la nature et notamment la faune. Il s’extasie  pourtant devant les choses qui le dépassent…c’est pourquoi j’aime à réaliser cette collection « entrecoupé » en monumentale.